Présentation de la Bibliothèque

La Bibliothèque de l’Académie des sciences d’outre-mer possède près de 80 000 documents : 70 000 monographies, 3 000 périodiques dont 100 vivants, plus de 300 cartes historiques, un millier de manuscrits et environ 10 000 brochures et tirés à part. Elle est devenue, depuis le départ vers Aix-en-Provence des Archi­ves nationales d’outre-mer, le principal pôle de référence en région parisienne pour l’outre-mer français et étranger, passé et actuel ; ses collections sur l’Afrique, Madagascar et l’océan Indien (notamment, fonds de l’administrateur Raymond Decary, dont le détail précis et complet de ses collections est consultable ici), l’Indochine et le Pacifique sont particulièrement riches. Certains pays, anciens territoires et colonies d’outre-mer devenus des États souverains, peuvent y trouver l’empreinte de leur mémoire, mais aussi de leur devenir.

Le catalogue de la bibliothèque est accessible en ligne. Les collections sont signalées dans la base Sudoc (le catalogue des universités).

C’est un fonds vivant de mémoire coloniale, alimenté essentiellement par les services de presse, dont les recensions paraissent chaque mois dans le CaRASOM, et les achats, dons et legs. En 2014, l’Académie accepte la cession du fonds patrimonial unique « Afrique, Outre-mer et colonies » de la Direction de l’information légale et administrative (DILA), service du 1er Ministre. Ce fonds de 60 000 volumes est en cours d’intégration.

En 2019, la Commission des archives, de la bibliothèque et des publications de l’Académie a doté la bibliothèque d’une charte documentaire qui définit le fonds et établit des critères d’enrichissement de la collection.

La revue Mondes et Cultures, a, par ailleurs, permis de mettre en place une politique d’échanges entre les bibliothèques et les institut de recherche. Certains titres de périodiques qui composent le fonds de la Bibliothèque sont issus de ce type de partenariat.

La bibliothèque, ouverte au public, est fréquentée, en dehors des académiciens et des membres de la Société des amis, par des professeurs des Universités, des chercheurs, des doctorants et étudiants du 3ème cycle, des journalistes, des écrivains et des étudiants de toutes origines.

On ne saurait trop insister sur l’importance que revêt la possession d’une telle bibliothèque. Rares sont les académies qui bénéficient d’un pareil avantage. C’est à la fois un instrument de travail à portée de main pour les académiciens et une source d’information unique au monde.