Académiciens 1° section 2° section 3° section 4° section 5° section Membres Libres Membres Associés

LE MOUËL Jean-François

Correspondant 4e section,
Élu le 24/05/2013

Représentant émérite de la France près l'Unesco / ICOMOS (International Polar Heritage Committee)
Ancien directeur de la MIAFAR (Mission archéologique française en Arctique – CNRS et ministère des Affaires étrangères)
Ancien directeur du Service du patrimoine historique des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises)
Domaines et régions :
Ethnologie, préhistoire, archéologie, explorations, langues étrangères. Arctique et Antarctique, Scandinavie, Groënland, Arctique canadien

Distinctions :

  

Attiré par les régions polaires et l’ethnologie, Jean-François Le Mouël intercale entre des études universitaires à Poitiers, des missions dans les pays scandinaves et le Groenland (dès 1962).

A son retour (1965), il est formé au Centre de formation à la recherche ethnologique (CFRE, Musée de l’homme / La Sorbonne) et en est diplômé (1966). Grâce à des crédits du CNRS, il réalise une mission (1966-1968) dans une communauté de chasseurs inuit d’où il rapporte, outre la maîtrise de la langue, les éléments de sa thèse d’ethnologie Les Eskimo Naujâmiut (Groenland occidental) : documents d’écologie humaine, publiée en 1978 (Institut d’ethnologie, Paris). 

Il devient stagiaire de recherche au CNRS (1969) et se voit décerner le Prix Liotard remis par le Général de Gaulle en avril de la même année. Il succède à Mme E. Lot-Falck (École pratique des hautes études) à la tête de la Section des Arctiques du Musée de l’homme de Paris (1971).

Dans l’Arctique canadien, les deux chocs pétroliers (1970) ont des conséquences culturellement ravageuses pour les Inuit. Il crée la MIAFAR (Mission archéologique française de l’Arctique) grâce au CNRS (UA 184), au ministère des Affaires étrangères et au Polar Continental Shelf Project canadien (1981). Cette structure qu’il dirigera (jusqu’en 1995) a 3 objectifs principaux : diffuser en Amérique du Nord les méthodes de fouilles fines françaises, les adapter aux contraintes polaires grâce à la montée en puissance de l’informatique, faire prendre conscience aux Inuit de la valeur de leur patrimoine préhistorique en les intégrant dans les équipes de fouilles archéologiques.

Il crée la Mission du patrimoine archéologique des TAAF (1993), qui devient le Service du patrimoine historique des TAAF dont il occupe le poste de directeur (2004). Il est nommé représentant de la France dans les instances polaires de l’ICOMOS / Unesco (2000) et en devient représentant émérite (2010).

Jean-François Le Mouël est élu membre correspondant de la 4e section de l'Académie des sciences d'outre-mer le 24/05/2013.