Académiciens 1° section 2° section 3° section 4° section 5° section Membres Libres Membres Associés

SCHMID Maurice

Correspondant 4e section,
Décès en 2018

Inspecteur général de recherche de l'ORSTOM (er)
Ingénieur-agronome
Professeur de pédologie
Botaniste
Domaines et régions :
Agronomie et agriculture, pédologie, biologie végétale, botanique, géologie, développement, écologie végétale, enseignement. Côte d'Ivoire, Vietnam, Cambodge, Indonésie, Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Madagascar, Nouvelles-Hébrides

Distinctions :

  

Maurice Schmid (né le 10/07/1922 à Paris et mort le 03/11/2018 à Paris) exerce les professions de pédologue et botaniste, chercheur formé à l'ORSTOM et ingénieur-agronome.

II entre au service de l’agriculture aux colonies (1945) et effectue un séjour en Côte d'Ivoire où il accompagne souvent les botanistes lors de leurs tournées en forêt (1946). Il quitte l’Afrique l'année suivante avant d'être affecté au Service de l’agriculture en Indochine (1948). Il y reste pendant seize ans, et fait d’abord carrière à l’Institut de la recherche agronomique, dont il devient directeur-adjoint (1955). Après la décolonisation et la dissolution des services français de l’agriculture (1959), il entre dans les cadres de l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer. Aussitôt détaché auprès du gouvernement vietnamien en qualité d’expert de la mission française d’aide économique et technique, des fonctions d’enseignement lui sont confiées, d’abord à l’École d’agriculture, de sylviculture et d’élevage de Blao (Bâo Loc) puis à la Faculté des sciences de Saïgon, au Vietnam.

Il est ensuite affecté en Nouvelle-Calédonie comme chef du département de botanique du Centre ORSTOM de Nouméa (1964-1975). Détaché au BIOTROP (Regional Center for Tropical Biology) à Bogor, en Indonésie (1977), il se consacre à des tâches d'enseignement et d'étude de la végétation de Sumatra et des Célèbes.

De reour à Paris (1979), il est envoyé au Laboratoire de phanérogamie du Muséum national d'histoire naturelle, et poursuit sur herbier, l'étude de la flore de la Nouvelle-Calédonie. Il soutient, à l'Institut de botanique de la faculté d'Orsay, une thèse sur la végétation du Vietnam : le massif sud-annamitique et les régions limitrophes. Il participe à divers colloques ou congrès en Extrême-Orient et en Océanie. Ses travaux ayant fait l'objet de publication, outre le Vietnam, portent principalement sur la Nouvelle-Calédonie et sur le Vannuatu.

Maurice Schmid est élu membre correspondant de la 4e section de l'Académie des sciences d'outre-mer le 21/01/1966.