Algérie : la nation entravée

Auteur Mohamed Sadoun
Editeur Éd. de l'Aube
Date 2019
Pages 148
Sujets Résistance politique
Algérie

1945
Cote 62.796
Recension rédigée par Jacques Frémeaux


Dans ce bref ouvrage, Mohammed Sadoun a eu l’ambition de retrouver l’évolution de l’histoire algérienne, depuis l’époque précoloniale jusqu’à aujourd’hui. Il est toujours très utile de rappeler la succession d’épisodes qui ont affecté un pays dont le passé reste largement inconnu non seulement du public français, mais aussi du public algérien. Á travers ces rappels, souvent bien venus, en dépit des dimensions réduites du livre, l’auteur s’efforce de montrer la succession de tentatives menées par la société algérienne pour « générer un État dirigé par des représentants qui émanent d’elle et lui rendent des comptes ». Il n’a pas de peine à montrer que cette société n’a pas pu se reconnaître dans l’État turc, maître de l’Algérie jusqu’en 1830, et encore moins dans l’État colonial. La révolution de 1954 s’est finalement traduite par l’instauration d’un « État-FLN » décidé à tenir le peuple sous son contrôle.

La relative libéralisation des années 1988 est interrompue par le terrorisme islamiste. La lutte menée contre celui-ci redonne aux institutions une certaine légitimité, que les années Bouteflika, marquées par un isolement croissant du clan dirigeant, vont de nouveau contribuer à ruiner, jusqu’au Hirak du 22 février 2019.

À la fin de l’ouvrage, écrit en juin 2019, Mohammed Sadoun indiquait que, « en tout état de cause, le peuple a déjà gagné sa place en tant qu’acteur politique et est très vigilant à ce que personne ne lui vole sa révolution ». On peut se demander s’il n’a pas péché par excès d’optimisme, après l’élection qui a conduit au pouvoir, six mois plus tard le président Abdelmadjid Tebboune, produit du régime précédent, avec l’appui de l’armée. Mais il est vrai que l’histoire continue …