Retour aux recensions du mois

Frère d'âme : roman

Auteur David Diop
Editeur Seuil
Date 2018
Pages 174
Sujets France
Armée

Tirailleurs sénégalais

Guerre mondiale (1914-1918)

Roman
Thèmes/Pays Sénégal
Cote 62.797
Télécharger au format PDF
Recension rédigée par Pierre Lang


« Frère d’âme », « Frère d’armes », la proximité phonique de ces deux expressions n’est pas le fruit du hasard. Ce roman cherche à décrire la relation entre deux tirailleurs sénégalais au cours de la Grande Guerre.

L’un d’eux, Mademba Diop, est mortellement blessé et son ami, son « presque frère », Alfa Ndiaye tente de le ramener dans la tranchée française alors qu’il le supplie de l’achever. Mademba meurt avant d’y parvenir. Alfa Ndiaye s’interroge alors sur la raison de ce décès.  Est-il devenu un dëmm, un dévoreur d’âmes ? Pour le venger, à l’issue d’assauts, il reste sur place et, profitant de la nuit, tue au coupe-coupe un allemand dont il ramène la main dans les lignes françaises. A la septième, son capitaine et ses camarades « chocolats » ou « toubabs » prennent peur. Il est alors envoyé à l’arrière et confié à un psychiatre. En le faisant dessiner, celui-ci l’amène à évoquer son passé en Afrique puis, en une sorte d’exorcisme, celui de l’épisode macabre des mains coupées.

Certes le style répétitif peut paraître lassant, mais il faut le dépasser pour pouvoir rentrer dans l’histoire et se laisser envoûter par la magie africaine si bien décrite par un auteur lui-même originaire de ce continent, pour pouvoir apprécier le jeux des similitudes et des oppositions : la tranchée et l’arrière, la France et le Sénégal, les frères, les rivaux, les amis.

Il peut paraître surprenant que ce roman ait obtenu le Prix Goncourt des Lycéens 2018. On peut certes y voir l’effet « Centenaire de la Grande Guerre », mais il est plus probable que nos lycéens, en dépit des atrocités de ce conflit, soient tombés sous le charme de la vie et de l’âme africaine.

Tous ceux qui liront cet ouvrage après avoir vécu sur ce continent et côtoyé nos « frères d’armes africains » devraient y succomber à leur tour.