Avec Bigeard de Tu Lê à Diên Biên Phu

Recension rédigée par Pierre Lang


Le livre Avec Bigeard, de Tu Lê à Diên Biên Phu, publié sous la direction de Guy Leonetti, spécialiste de la guerre d’Indochine, offre un tableau vivant et émouvant des combats menés par le chef de guerre que fut Bigeard à la tête de ses parachutistes du 6e Bataillon de Parachutistes Coloniaux.

Il s’agit en fait de la publication des actes d’un colloque qui s’est tenu à l’École militaire en 2016.

Des historiens de renom comme le commandant Cadeau, qui servait alors au Service Historique de la Défense, de grands témoins qui ont vécu ces moments terribles de la guerre d’Indochine comme le général Ménage (sergent en Indochine), le général Schmitt (lieutenant en Indochine qui deviendra Chef d’état-major des Armées) ou le colonel Allaire (lieutenant en Indochine) apportent leur riche et irremplaçable expérience de cette guerre.

Le livre s’articule en trois parties.

La première partie, sous la responsabilité de Guy Leonetti, s’intitule “Un destin hors de toutes les séries” et présente rapidement la carrière militaire et, pour finir, politique du général Bigeard. Les chapitres suivants donnent la vision qu’avaient de Bigeard les journalistes Jean Pouget, Lucien Bodard et Jean Lartéguy, ses compagnons d’armes le général Lucien Le Boudec et le colonel Jacques Allaire et enfin l’un de ses émules, le général américain David Petraeus qui s’inspira de ses méthodes en Afghanistan.

La seconde partie est centrée sur les combats de Tu Lê remis en perspective dans le contexte politico-militaire de l’année 1952 par le commandant Ivan Cadeau. Viennent ensuite les textes issus de la table ronde animée par Guy Leonetti avec les témoignages de Pierre Flamen, de Henri Knoppick et du général Guy Ménage qui ont tous trois combattu sous les ordres de Bigeard. Assistant comme spectateur dans la salle du colloque et interrogé par Guy Leonetti, Henri Knoppik donne un témoignage émouvant des combats comme de l’extrême dureté des traitements infligés aux prisonniers français par le Vietminh. L’horreur fut encore pire au camp 113 où sévissait Boudarel, déserteur communiste français, adjoint du commandant du camp vietminh et plus tard…professeur dans une faculté française et qui ne fut jamais inquiété pour ses crimes de guerre ! D’autres témoignages, dont celui du Père Jeandel, aumônier du 6e Bataillon de parachutistes coloniaux, ainsi que des documents d’époque complètent cette partie.

La troisième partie est centrée sur la bataille de Diên Biên Phu. Celle-ci est mise en perspective par l’ambassadeur Henri Froment-Meurice alors chef du service diplomatique du Commissariat général de France en Indochine. Il présente le contexte politico-militaire des années 1953-1954. Guy Leonetti expose ensuite la problématique de cette bataille. Les textes sont retranscrits d’une table ronde autour de survivants de cette terrible bataille, le général Guy Ménage, le colonel Allaire et l’adjudant-chef Péressin, tous vétérans du 6e Bataillon de parachutistes coloniaux commandé par Bigeard. D’autres documents complètent ces témoignages.

Très bien illustré, offrant des annexes intéressantes, ce beau livre constitue un témoignage émouvant sur le général Bigeard, la guerre d’Indochine, le courage, l’abnégation et le sacrifice des parachutistes français au cours d’opérations dont tout le monde, eux compris, devinaient l’issue fatale.