Les fêtes en Amérique coloniale : séminaire d'histoire de l'Amérique coloniale

Auteur Bernard Grunberg
Editeur L'Harmattan
Date 2020
Pages 297
Sujets Fêtes
Amérique latine

1500-1800

Actes de congrès
Cote 63.269
Recension rédigée par Jean Nemo


Il s’agit ici d’un compte-rendu du séminaire tenu à Reims par la revue « Cahiers d’histoire de l’Amérique coloniale », dans laquelle Bernard Grunberg joue un rôle essentiel.

Sauf erreur de décompte, quatorze auteurs ont contribué à cet ouvrage collectif. En fin d’ouvrage sont donnés des résumés trilingues (français, anglais, espagnol). Ledit ouvrage est dédié à Miguel Leòn-Portilla, « chercheur émérite de l’Université nationale autonome du Mexique…et aussi un grand défenseur des peuples indigènes », récemment décédé (il laissa notamment un ouvrage consacré à « vision indigène de la conquête espagnole »).

Assez abondamment illustré, cartographié, l’ouvrage sous revue obéit à la loi du genre : le lecteur intéressé devra d’abord reconstituer son « fil ». Avant et pendant la conquête coloniale, ou comment l’ancien et le nouveau se combinent. Cinq chapitres y sont consacrés. Il n’est pas possible de les reprendre dans cette courte note de lecture.

D’autres chapitres intitulés « Varia » s’intéressent par exemple à « L’image des femmes, un reflet d’une censure culturelle dans le monde colonial ? » ou « L’accompagnement juridique des Indiens en Nouvelle-Espagne » ou encore « Le lexique urbain luso-brésilien, entre définitions juridiques et usages locaux ».

Bref, un ouvrage qui intéressera le lecteur qui recherche des relations entre divers passés de l’Amérique coloniale, selon certains critères qui viennent d’être évoqués ci-dessus. Malgré quelques réticences éditoriales qui n’enlèvent rien aux qualités de l’ouvrage.