Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

RABEMANANJARA Jacques

Membre associé,
Décès en 2005

Distinctions :

   

Biographie :

Jacques Rabemananjara (né le 23/06/1913 à Mangabe, à Madagascar, et mort le 02/04/2005 à Paris) effectue une double carrière littéraire et politique.

Après le séminaire de Tananarive et le grand séminaire d’Ambatoroka (1934), il est employé à la direction des Finances et au bureau des informations (1936). Il reçoit la citoyenneté française (1939) et est choisi la même année par le ministère des Colonies pour représenter Madagascar aux cérémonies du cent-cinquantenaire de la Révolution française de 1789.

Il poursuit ses études littéraires à la Sorbonne et travaille momentanément dans le cabinet du ministre des Colonies G. Mandel. Affecté par le gouvernement de Vichy au service des prisonniers de guerre coloniaux (1940), il travaille à la Libération au ministère de l’Information. Il fonde avec des collègues le Comité de surveillance et de défense des intérêts malgaches tout en exerçant les fonctions de premier secrétaire de la délégation parlementaire malgache.

Élu député de Madagascar à l’Assemblée nationale française (1946), il est arrêté l’année suivante et est condamné aux travaux forcés à perpétuité par la cour criminelle de Tananarive. Déporté au bagne de Nosy-Lava, il est ensuite incarcéré à la prison des Baumettes à Marseille. C’est au cours de ces longues années passées en prison qu’il écrira plusieurs poèmes qui lui vaudront le titre de « chantre de la négritude ».  

Il doit demeurer en France en résidence surveillée après l’amnistie (1956) avant de rejoindre Madagascar dès l’indépendance (1960). Il participe ensuite au gouvernement de M. Tsiranana à la tête de différents ministères (Économie nationale, Agriculture, Affaires sociales, Affaires étrangères) de la première république malgache. Après la révolution (1972), il choisit l’exil puis retourne dans son pays (1992), avant de s’installer définitivement à Paris.

Enfin, Jacques Rabemananjara devient membre associé de l’Académie des sciences d’outre-mer le 02/12/1994.

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS