Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

YERSIN Alexandre

Membre libre,
Décès en 1943

Médecin
Bactériologiste
Explorateur

Distinctions :

 

Biographie :

Alexandre Yersin (né le 22/09/1863 à Aubonne et mort le 01/03/1943 à Nha-Trang en Annam) effectue une carrière médicale outre-mer.

Étudiant en médecine (1886) et préparateur de Cornil à l’Hôtel-Dieu, il doit suivre le tout nouveau traitement antirabique, suite à une blessure au cours de l’autopsie d’un mort par la rage. Il entre dès lors dans l’équipe pastorienne et participe, en qualité d’anatomo-pathologiste, aux travaux en cours sur la rage. Dès 1887, il assiste M. Roux et le supplée dans la préparation des cours sur les méthodes pastoriennes et la direction des travaux pratiques. Il obtient cette même année sa naturalisation française.

Il mène de front des recherches sur la tuberculose, sujet de sa thèse de doctorat en médecine soutenue (1888). Il s’embarque pour l’Extrême-Orient, signe d’abord un engagement comme médecin d’un courrier des Messageries maritimes qui fait la navette entre Saïgon et Manille. Au cours de trois missions (1890-1894), il atteint le plateau du Lang-Biang, celui de Kontoum et la région du Darlac, réalise des relevés topographiques et étudie les mœurs des populations Moïs.      

Durant cette période, il rejoint Albert Calmette dans les cadres du corps de santé militaire des colonies de création récente. C’est en 1894 qu’il découvre le microbe de la peste. Il se rend à Hong Kong pour isoler en culture pure des bubons et du sang des malades, le « bacille de Yersin », il conclue que la peste est contagieuse et inoculable. Après un retour à Paris de deux années, il repart pour la Chine (1896) pour des premiers essais très encourageants de la sérothérapie antipesteuse.

Il installe (1895) un établissement destiné à la préparation des sérums et des vaccins dans le port de Nahtrang, sur la Côte d’Annam. Le gouverneur général Paul Doumer lui confie la création de l’École de médecine de Hanoï (1900). Au moment de la guerre de 1914-1918, les armées alliées se heurtent en Macédoine à l’obstacle du paludisme nécessitant de la quinine. Dès 1917, il entreprend des essais de culture de l’arbre à quinquina.

Il est nommé inspecteur général des établissements de l’Institut Pasteur en Indochine. En 1927, l’Académie des sciences lui décerne une haute récompense pour l’ensemble de son œuvre. Il est nommé membre du conseil scientifique par le conseil d’administration de l’Institut Pasteur (1934) puis directeur honoraire de l’Institut Pasteur de Paris (1936).

Enfin, Alexandre Yersin est élu membre libre de l’Académie des sciences coloniales dès sa fondation en 1923.

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS