Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

BOHN Frédéric

Membre libre 3e section,
Décès en 1923

Président de la Compagnie française pour l'Afrique occidentale
Administrateur de la Société marseillaise
Président de la section de l'Afrique-Occidentale de l'Union coloniale
Domaines et régions :
Commerce, finance coloniale, économie de la production coloniale. Afrique-Occidentale française


Biographie :

Frédéric Bohn (né le 18/01/1852 à Alais, dans le Gard, et mort le 26/04/1923 à Marseille) est fondateur et président de la Compagnie française de l’Afrique-Occidentale depuis 1887.

Elle fait suite à la Compagnie du Sénégal et de la Côte occidentale d’Afrique (1881). Membre de la chambre de commerce de Marseille, il est par ailleurs administrateur de la Société marseillaise et président de la section de l’Afrique-Occidentale de l’Union coloniale. Il préside également l’Institut colonial et de l’École de commerce de Marseille.

Lors du congrès national des sociétés de géographie de Marseille (1898), il expose un programme économique qui,  au-delà des aspects purement administratifs, des inévitables voies de chemins de fer à construire et de l’agriculture, met en avant la question financière. Il souhaite doter l’AOF d’un budget général ; l’autoriser à contracter des emprunts garantis par l’État, comme en Indochine ; fonder une banque coloniale capable d’investir dans toutes les colonies de la Fédération.

Président de la CFAO (1911-1923), il cherche en priorité à en renforcer les finances. Il s'agit de vendre moins cher, mais davantage. Ses fonds propres augmentent de 7 à 18 millions de francs (entre 1887 et 1912), son chiffre d’affaires de 7 à plus de 50 millions de francs, le taux de rentabilité de l’action passe de 3,5 % à 25 % et le nombre des comptoirs est presque quadruplé (de 46 à 151), comme celui des agents européens de la société (296 en 1912).

Déjà malade, il accepte encore de présider un des congrès de la seconde exposition coloniale de Marseille (1922) – celui de la production coloniale – et supervise l’organisation du stand des colonies de l’AOF. Ce sont les derniers feux d’une carrière entièrement vouée au commerce ouest africain.

Frédéric Bohn est membre libre fondateur de l’Académie des sciences coloniales en 1922.   

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS