Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

MERCIER Louis

Correspondant,
Décès en 1945

Biographie :

Louis Mercier (né le 13/11/1879 à Constantine, en Algérie, et mort le 20/12/1945 à Saint-Germain-en-Laye) effectue une double carrière militaire et diplomatique.

Diplômé de l’École des lettres d’Alger, il choisit finalement le Corps des officiers interprètes de l’armée d’Afrique.

Il sert successivement dans le Sud Constantinois, puis à Taghit et à la compagnie saharienne de Colomb-Béchar, où il prend contact avec le Colonel Lyautey et le Père de Foucault dont il possède une longue correspondance.

Dès 1905, il est installé à la Mission scientifique du Maroc, sous la direction de Le Chatelier mais sa santé le rappelle en Algérie en 1907.

Missionné de nouveau au Maroc, il gère aussi divers postes consulaires : il se rend au Cap Juby en 1908 à bord du « Cassard » pour négocier la libération de l’équipage du chalutier « Baleine ».

Gérant du consulat de Larache, il dérobe le pacha de Larache à la vengeance des Hafidistes.

Un séjour de quelques mois à l’École des langues orientales vivantes lui permet d’acquérir des diplômes de turc, de persan et d’arabe.

Admis dans les cadres consulaires en 1911, il est désigné pour Fez : c’est l’époque des troubles. Il participe activement à la pacification de la ville et de la région.

C’est en 1913 qu’il passe dans les services du protectorat, section d’État. Maintenu au Maroc pendant les premières années de guerre, il passe en 1917 à la section d’Afrique au Ministère de la Guerre avant d’être affecté au détachement français de la Palestine.

Officier de liaison auprès de Fayçal, il entre sur les pas des Turcs à Damas en Syrie, il restera en Syrie jusqu’en 1921.

Après quelques mois passés au Quai d’Orsay, il est envoyé comme consul à Valence puis est rappelé au Maroc par M. Steeg en 1925 pour y être chargé des fonctions d’inspection générale des Affaires indigènes.

Il est distingué Chevalier de la Légion d’honneur en 1914.

Enfin, Louis Mercier est élu membre correspondant de l’Académie des sciences coloniales en 1929. 

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS