Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

LE FÈVRE Georges

Correspondant 5° section,
Décès en 1968

Distinctions :

 

Biographie :

Georges Le Fèvre (né le 22/12/1892 à Paris et mort le 16/11/1968 à Sadirac, en Gironde) effectue une carrière de journaliste.

Après des études de droit, il s’expatrie en Russie pour y travailler entre 1911 et 1913. Mobilisé en 1914, il participe, entre autres, aux opérations de la Marne, de la Champagne et de l’Argonne jusqu’en 1916 ou, en qualité d’interprète auprès des brigades russes du front français, il est envoyé en mission à Pétrograd en 1917 avant de se faire réformer un an plus tard pour raisons de santé.

Il ne commence sa carrière de journaliste qu’en 1922, et c’est en 1925, au retour d’un voyage au Maroc, qu’il est envoyé par « Le journal » en Guyane pour y traiter en toute objectivité la question du régime pénitentiaire au Bagne. Il est missionné pendant huit mois en Malaisie, à Sumatra, à Java et en Indochine, aux États-Unis et en Angleterre, dans le cadre d’une étude économique sur le caoutchouc. Il recueille ensuite l’actualité européenne à travers quelques séjours en Autriche, en Roumanie, en Moldavie, en Bessarabie.

C’est à partir de 1928 qu’il commence à enquêter sur la misère dans les grandes capitales, avant de retourner en Russie l’année suivante. Infatigable globe-trotteur, il accepte une mission au Groenland en 1930 afin d’installer dans la baie de Scoresby Sund un météorologiste préparant les observations de l’année polaire 1932.

Son récit de la Mission centre-Asie, qui obtient la Grande Médaille d’or de la Société de géographie en 1932, relate son périple accompli avec Haardt, de Beyrouth (Liban) à Pékin (Chine) en passant par la Syrie, l’Irak, la Perse, l’Afghanistan et les Indes. Chargé d’une mission économique et militaire en Afrique-occidentale française en 1939, il inaugure, entre autres, la piste impériale N° 1 Sénégal-Maroc, et sillonne le Soudan, la Côte d’Ivoire et la Guinée, pour des reportages.

Engagé dans la presse de la Résistance en 1944, il fait un périple dans les colonies françaises l’année suivante, en qualité d’envoyé spécial. Membre de la « National geographic society » de Washington, il est lauréat de l’Académie française pour deux ouvrages.

Il est titulaire de la Médaille du Prince Henri d’Orléans.

Enfin, Georges Le Fèvre est élu membre correspondant de la 5e section de l’Académie des sciences coloniales le 21/11/1952.

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS