Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

WEYGAND Maxime

Titulaire 2° section,
Décès en 1965

Biographie :

Maxime Weygand (né le 21/01/1867 à Bruxelles et mort le 28/01/1965 à Paris) effectue une carrière militaire.

         Il sort de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1887.

Nommé Chef d’état-major du Général Foch en 1914-1918, il est promu Général en 1916 et major-général des armées alliées en 1918.

Après la guerre, il est envoyé en Pologne comme conseiller militaire auprès de Pilsudski, afin d’organiser la défense de Varsovie et la lutte contre l’armée Rouge.

 Puis, en 1923, Poincaré lui confie l’armée du Levant.

Après avoir exercé les fonctions de haut-commissaire de la République en Syrie et au Liban, il revient en France, où il prend la direction du Centre des hautes études militaires.

Mis à la retraite en 1935, il doit cependant être rappelé par Daladier lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, avec mission de diriger les armées françaises du Moyen-Orient.

  Commandant en chef des armées françaises en 1940, il exerce les fonctions de Ministre de la Guerre du gouvernement Pétain.

Nommé Commandant pour l’Afrique du Nord, il crée et organise l’armée d’Afrique en relation avec les services américains et britanniques.

En 1942, après l’invasion alliée de l’Afrique du Nord, il est fait prisonnier par les Allemands et placé en résidence surveillée dans le Tyrol autrichien ; il sera libéré avec les autres prisonniers en mai 1945 par les Américains.

Il est de nouveau arrêté à son retour en France et détenu un an au Val-de-Gâce. Jugé pour son attitude en 1940, il bénéficie d’un non-lieu en 1948 et est l’un des rares ministres de Pétain à n’avoir pas été condamné à l’indignité nationale.

 Il préside à partir de 1950 et pendant quelques années, le Centre des hautes études américaines.

Membre du Comité de la sauvegarde des lieux saints, il est un habitué des séances de l’Institut catholique de Paris.

Il est élu à l’Académie française en 1931.

Il est distingué Grand-croix de la Légion d’honneur et est titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de guerre 1914-1918.

            Enfin, Maxime Weygand est élu membre titulaire de la 2e section de l’Académie des sciences coloniales le 07/05/1931.

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS