Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

MARCHOUX Émile

Titulaire 4° section,
Décès en 1943

Distinctions :

 

Biographie :

Émile Marchoux (né le 24/03/1862 à Saint-Amant de Boixe, en Charente, et mort le 19/08/1943 à Paris) effectue une carrière de médecin colonial.

Après son externat de médecine à Paris, il entre au concours dans le Corps de santé de la marine pour y exercer les fonctions de médecin de la marine (1884-1890) puis médecin des colonies (1890-1907). Il suit l'enseignement de E. Roux à l'Institut Pasteur de Paris (1893).

Il fonde au Sénégal l'Institut Pasteur (1896) et travaille sur la fièvre typhoide qui sévit à Dakar et sur le paludisme ; il sortira un traité sur le sujet (1926). Il est désigné expert pour le paludisme auprès du Comité d'hygiène de la Société des Nations. Après une épidémie de dysenterie amibienne (1898), il s'oriente dans une nouvelle voie de recherches avant d'étudier la fièvre jaune (1900). Ainsi, il est envoyé à Rio, avec deux autres savants français et le gouvernement brésilien lui décerne le titre de citoyen d'honneur de la ville (1927).

En France, il organise à l'Institut Pasteur un service de microbiologie tropicale et y forme de nombreux élèves (1905). Il consacre plus d'une soixantaine de publications à la lèpre (1908). C'est en application de ses directives qu'est inauguré à Bamako, au Mali, l'Institut central de la lèpre, où les lépreux régulièrement traités travaillent dans les conditions les plus normales (1935).

Nommé secrétaire général du IIe Congrès international de la lèpre de Strasbourg (1923), il préside (1938), le Congrès du Caire à l'issu duquel il est désigné comme président de l'Association internationale de la lèpre, suite à sa nomination, l'année précédente, de président de la commission consultative de la lèpre, créé au Ministère des Colonies. Président de la Société de médecine publique et de génie sanitaire, puis de la Société de pathologie exotique, il est aussi membre de l'Académie de médecine et du Conseil supérieur d'hygiène publique.

Enfin, Émile Marchoux est élu membre titulaire de la 4e section de l'Académie des sciences coloniales dès sa fondation en 1923.

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS