Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

HUBERT Henry

Membre titulaire 4e section,
Décès en 1941

Biographie :

Henry Hubert (né le 17/04/1879 à Paris et mort en 1941 à Paris) effectue une carrière d'administrateur colonial.

Breveté de l'École coloniale, il prépare une Licence de sciences naturelles à La Sorbonne tout en recevant l'hospitalité du laboratoire de minéralogie au Muséum, en 1902.

Embarqué pour Dakar (Sénégal) dès 1904, il est ensuite chargé par le Gouverneur d'entreprendre une carte géologique du Dahomey.

De retour en France en 1906, il rapporte des milliers d'échantillons de roches, puis soutient brillamment sa Thèse en 1908.

C'est en 1907 qu'il devient administrateur-adjoint de 3e classe des colonies.

Envoyé de nouveau à Dakar comme géologue, il organise un laboratoire de recherches géologiques et publie la première carte géologique de l'Afrique-Occidentale française en 1911 dont la seconde édition lui vaut le Grand Prix des sciences physiques de l'Académie des sciences.

Il participe à la création du Musée géologique de Dakar et organise le service météorologique de l'AOF, jouant un rôle important dans l'organisation et la marche du Comité des travaux historiques et scientifiques de l'AOF dont il assure la vice-présidence pendant de nombreuses années.

Après son retour définitif en France, il se consacre à la physique du globe, parvenant en 1923 aux grades d'administrateur en chef de 1ère classe et de chef de la météorologie coloniale.

Il assume en outre les fonctions de conseil technique au ministère des Colonies pour la physique du globe, la géologie et les sciences annexes. Dès 1929, il parvient à faire réorganiser le service météorologique colonial et à créer un corps de météorologistes coloniaux dont il est le premier ingénieur-inspecteur général.

Il conserve jusqu'à sa mort la chaire de minéralogie et de météorologie de l'École coloniale dont il est titulaire dès son retour à Paris.

Plusieurs fois lauréat de la Société de géographie, il préside la Société française de minéralogie.

Enfin, Henry Hubert est élu membre libre de l'Académie des sciences coloniales dès sa fondation en 1923 avant d'en devenir titulaire de sa 4e section en 1932. 

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS