Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

BOSC Jean-Philippe

Titulaire 3e section,
Décès en 1973

Ingénieur général des ponts et chaussées
Directeur général des Travaux publics de l'AEF et de l'AOF
Administrateur du Chemin de fer franco-éthiopien
Domaines et régions :
Ingénierie des ponts et chaussées, transports publics, chemin de fer. Côte d'Ivoire, Sénégal, AEF, Congo


Distinctions :

  

Biographie :

Jean-Philippe Bosc (né le 08/11/1899 à Castres dans le Tarn et mort le 12/02/1973) est ingénieur des Ponts et chaussées.

Mobilisé (1917) puis libéré (1919), il entre à Polytechnique d’où il sort dans les ponts et chaussées pour servir outre-mer (1920). Après un stage dans les chemins de fer français, il est affecté à Dakar comme adjoint au directeur du Thiès-Niger pendant dix ans. À la suite d’une mission en Côte d’Ivoire pour y assurer la coordination des transports, il est nommé directeur général des Travaux publics de l’Afrique-Équatoriale française supervisant l’achèvement du port de Pointe Noire et la mise en exploitation du Congo-Océan, dressant un plan exemplaire des transports de la Fédération.

Mobilisé (1939), il est renvoyé à Dakar pour y prendre la direction générale des Travaux publics de l’Afrique-Occidentale française, à laquelle il ajoute celle des Transports, groupant sous son autorité rail, routes et ports (1943). Pour sauver le rail africain de la concurrence routière de l’après-guerre, il cherche à obtenir l'adhésion des cheminots. Dès ses dix premières années d’office, il dote tous les grands territoires de centres polyvalents de formation complétée par des stages sur les réseaux métropolitains.

Ainsi, dès l’indépendance, les Africains occupent, de l’homme d’équipe au directeur, tous les postes nécessaires à la marche de leurs chemins de fer. Nommé ingénieur général des ponts et chaussées (1959), il supervise la réorganisation du Chemin de fer franco-éthiopien et le projet de son antenne vers le Sidamo. Retraité (1969), il n’abandonne jamais complètement ses activités ferroviaires, restant administrateur du Franco-éthiopien. Outre ses distinctions françaises, il est décoré commandeur de l’Étoile noire du Bénin et titulaire de la Médaille d’honneur des chemins de fer.

Jean-Philippe Bosc est élu membre titulaire de la 3e section de l’Académie des sciences d’outre-mer le 18/03/1960.  

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS