Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

BÉRENGER Henry

Titulaire 3e section,
Décès en 1952

Ministre
Ambassadeur
Romancier
Journaliste
Domaines et régions :
Poésie, journalisme, politique, diplomatie. États-Unis, Guadeloupe, Guyane


Distinctions :

 

Biographie :

Henry Bérenger (né le 22/04/1867 à Rugles, dans l'Eure, et mort le 18/05/1952 à Saint-Raphaël, dans le Var) est ministre et ambassadeur.

Il commence sa carrière comme romancier, poète et journaliste. Il dirige les journaux  Action (1903), Le Siècle (1908), et Paris-midi (1911). Élu sénateur de la Guadeloupe (1912), il est nommé commissaire général des essences et combustibles (1918).  Délégué parlementaire de la mission française à Washington (1925), puis ambassadeur l’année suivante, il signe l’accord Bérenger-Mellon qui règle la question des dettes de la guerre.

Il préside la commission sénatoriale des Affaires étrangères tout en étant délégué titulaire de la France à la Société des Nations (jusqu’en 1940) . Il préside par ailleurs l'Union des Français de l'étranger et l'Académie diplomatique internationale.

Henry Bérenger est élu membre titulaire de la 3e section de l’Académie des sciences coloniales, dès sa fondation en 1923.

Bibliographie :

Ouvrages :

Des relativités aux métamorphoses : poésies philosophiques, 1886-1949. Nice : Éditions de l'Académie méditerranéenne, 1949

La France et la politique intercontinentale. [S.l : imprimerie du Sénat, 1930

Rapport fait au nom de la Commission de l'armée chargée d'examiner la proposition de loi adoptée par la chambre des Députés tendant à soumettre aux obligations militaires prévues par les lois de 1905 et de 1913 les Sénégalais des communes de plein exercice de la Colonie. Paris : Sénat, 1915

Rapport fait au nom de la Commission chargée d'examiner la proposition de résolution de M. Ernest Monis et plusieurs de ses collègues, ayant pour objet d'examiner s'il y a lieu de constituer une Commission de 18 membres, élus au scrutin de liste, chargée d'étudier les réformes que comporterait la situation en Algérie. Paris : Sénat, 1914

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS