Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

SURLEAU Marcel-André

Correspondant 2° section,
Décès en 1976

Biographie :

Marcel-André Surleau (né le 05/02/1900 à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, et mort le 30/07/1976 à Nouméa) effectue une carrière coloniale.

Diplômé de la Chambre de commerce et de l’industrie de la Nouvelle-Calédonie pour l’anglais commercial  et la comptabilité commerciale, il commence sa carrière professionnelle en 1917 comme comptable à la Maison Barrau à Nouméa.

Les deux années suivantes, il est commis auxiliaire du Secrétariat général du gouvernement, cumulativement avec les fonctions de chargé de cours d’allemand et d’anglais au Collège La Pérouse.  

Reçu premier à l’École coloniale à Paris en 1921, il en sort Licencié en droit et diplômé de l’École des langues orientales en vietnamien.

En 1923, il est reçu premier au concours d’admission au grade d’EOR (élève-officier de réserve) de l’École militaire d’administration de Vincennes.

Sous-lieutenant d’administration au Parc à Fourrages de Strasbourg en 1924, il embarque pour l’Indochine comme élève-administrateur des services civils de l’Indochine dès 1925.

Jusqu’en 1926, il exerce les fonctions de secrétaire-suppléant du Conseil du contentieux administratif de Saïgon et adjoint à l’administrateur chef de la province de Longxuyên.

Adjoint au Résident de France à Paksé (Laos) pendant quatre ans, il est nommé l’année suivante chef de son cabinet, cumulant avec les fonctions de chef des services de police et de sûreté du Laos.

Après un congé en France, il reprend du service dans ce secteur tout en exerçant comme Résident-Maire de Vientiane (Laos) en 1933 et comme chef du Bureau de législation de la Résidence supérieure au Laos.

Résident de France à Savannakhet entre 1934 et 1936, il est affecté à Paris au Ministère des Colonies.

C’est comme Directeur-adjoint des bureaux du Gouvernement de la Cochinchine qu’il poursuit sa carrière professionnelle tout en dirigeant la Maison centrale de Saïgon.

De 1939 à 1941, il exerce tour à tour les fonctions de chef du service de la propagande et des émissions radiophoniques de l’Indochine à Saïgon, chef du service des carburants de Cochinchine, puis celles de chef de la province de Mytho en 1942.

Mis à la retraite d’office en 1942 comme dignitaire du Grand Orient de France, il poursuit comme avocat stagiaire à Saïgon en 1942, et secrétaire général du groupement professionnel des huiliers-savonniers de Cochinchine-Cambodge.

Nommé administrateur de Cholon à la libération et blessé en octobre 1945, il occupe en 1946 le poste de Directeur-adjoint des affaires politiques de Cochinchine.

Chef de la section de l’information Indochine au Ministère de la France d’outre-mer entre 1947 et 1950, puis Directeur administratif de la mutuelle familiale « France et outre-mer » en 1952, il est en service à la Direction des services judiciaires, puis détaché à l’Ambassade du Viêt-Nam.

Vice-président de la Commission pour les rapatriés d’Indochine jusqu’en 1959, il est retraité cette même année, avant d’être rappelé à l’activité, détaché au Ministère des Finances puis admis à la retraite en 1962.    

Jusqu’en 1973, il poursuit une activité de secrétaire général du bureau Lafleur à Nouméa, et enfin de traducteur.

Chevalier de la Légion d’honneur en 1948, il est aussi titulaire de la Médaille de la Résistance et de la Médaille coloniale.

           Enfin, Marcel-André Surleau est élu membre correspondant de la 2e section de l’Académie des sciences d’outre-mer le 01/03/1974.

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS