Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

SISSOKO Fily Dabo

Correspondant 5° section,
Décès en 1964

Biographie :

Fily-Dabo Sissoko (né le 15/05/1900 à Horokoto dans le cercle de Bafoulabé au Soudan français et mort le 30/06/1964 au bagne de Kidal, au Soudan français) effectue une double carrière d’instituteur et d’homme politique.

Après l’École normale d’instituteurs de Saint-Louis-Gorée, au Sénégal, (1911-1914), il obtient le certificat d’aptitude à l’enseignement  de l’AOF (1915) puis le diplôme supérieur d’études primaires de l’AOF (1918).

Il commence sa carrière professionnelle comme moniteur à Ouagadougou en Haute-Volta (1914), avant d’exercer les fonctions d’instituteur (1915-1933).

C’est à cette période que s’amorce le virage politique avec une affectation au poste de chef de canton de Niambia au Mali (1933-1945).

Puis il est nommé député du Soudan français à l’Assemblée constituante française, puis à l’Assemblée nationale française (1946, 1951 et 1956).

Il poursuit sa carrière comme secrétaire d’État aux cabinets de R. Schuman (1948) et de C. Pineau (1951).

Il prend la tête du Parti progressiste soudanais (PSP), parti politique conservateur, ayant le soutien des chefs traditionnels et des colonisateurs.

Il écrit parallèlement des poèmes, s’attachant particulièrement à défendre l’identité culturelle malienne, et est titulaire du Prix Mayarkis (1957) pour l’ensemble de ses œuvres.

Cette même année, lors des élections cantonales, le PSP est battu par l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain (US/RDA) de Modibo Keita. Alors que les partis fusionnent (1959), il s’oppose à l’option socialiste prônée par le nouveau président du Mali indépendant qui le fait emprisonner en raison de divergences d’opinion concernant la création du franc malien (1962).

Condamné à mort pour tentative de déstabilisation de l’État, il voit sa peine transformée en prison à perpétuité et meurt au bagne de Kidal dans des conditions mystérieuses.

            Enfin, Fily-Dabo Sissoko est élu membre correspondant de la 5e section de l’Académie des sciences d’outre-mer le 05/12/1958.     

© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS